Make your own free website on Tripod.com

   

   

Table des matières

-----

*L'autoolouange du Professeur Joyeux

---------------

* l'absence de travaux scientifiques en nutrition de l'homme sain

---------------

* le bide de son étude ABARAC

---------------

* mensonges par omission

---------------

* florilège

---------------

* les curieuses relations du Professeur

---------------

* Qui est Henri Joyeux ?

Mensonges

 

bullet

lorsqu' Henri Joyeux publie en novembre 2003 la cinquième édition de son livre "changez d'alimentation, prévention des cancers, faut-il manger bio ?" (ed. F-X de Guibert), il connaît déjà parfaitement les résultats (et l'échec) de son étude ABARAC.

Il n'en dit pas un mot.

Il consacre, au contraire, 25 pages à la louange de l'étude ABARAC sous le titre "Des résultats scientifiques préliminaires et prometteurs"

Délibérément, il ne mentionne que les "résultats préliminaires" de l'étude.

 

bullet

Sur le site qu'il se consacre à lui même en avril 2010, il présente le projet ABARAC en trois pages :

* la présentation       

* la conclusion où le lecteur pressé apprendra que l'étude à mi parcours est un grand succès    

* les résultats où, sur 11 pages de détails indigestes et de commentaires de bibliographie, il peut comprendre que le bio serait plus nourrissant que le pas-bio mais qu'on ne sait pas s'il est meilleur pour la santé. Il ne le saura pas car (sic) : "Un protocole de recherche est prêt. (...) Deux populations devront être sélectionnées et randomisées (tirées au sort). Elles mangeraient les mêmes menus à tous les repas, mais l'une recevrait exclusivement des aliments venant de l'AB et l'autre les aliments provenant de l'AC.
Il reste une question éthique que l'on doit se poser. Si les deux ou trois groupes de personnes testées sont bien informées, ce qui est leur droit, accepteront-elles de consommer des aliments de l'AC sans le savoir, mais en sachant qu'ils peuvent contenir des produits toxiques, même si leur taux ne dépasse pas la dose journalière admissible (DJA) ?

 

bullet

A la page 12 de son livre, Henri Joyeux présente son Curriculum Vitae:

Il  indique qu'il a reçu le "prix international de cancérologie Antoine-Lacassagne en 1986 pour ses travaux sur la nutrition et le cancer" (sic) ... sur nutrition artificielle des cancéreux, oui, mais pas sur les liens entre cancer et nutrition !!!

 

©AFP - Générale -Vendredi 14 Juin 1985 - 08:02 - Heure Paris
Medecine Prix - Le prix Antoine Lacassagne au Pr Henri Joyeux, de Montpellier - MONTPELLIER 14 juin (200 MOTS).

Le prix Antoine Laccasagne de la ligue nationale francaise contre le cancer a ete attribue jeudi a Montpellier au professeur Henri Joyeux et a son equipe de cancerologie montpellieraine pour leurs travaux sur l alimentation artificielle et ses applications therapeutiques dans les cancers du tube digestif.
 

D'une valeur de 200.000 francs, ce prix est destiné a récompenser les travaux d'une équipe de chercheurs français ou étrangers.

L annonce en a été faite jeudi soir par M. Pierre Guillaumat, ancien ministre,  et qui préside le 65eme congres de la ligue nationale française contre le  cancer qui se déroule vendredi a Montpellier.

Au terme de quinze ans de recherche, le professeur Joyeux a notamment réussi a réaliser un " intestin artificiel ", a savoir la nutrition par voie veineuse grâce a un tube en silicone.

Ce système de nutrition parentérale portative et a domicile a été repris aux  Etats Unis, au Japon et en Chine.

Par ailleurs, les travaux du lauréat ont porte sur la nutrition et la régénération  du foie et de l intestin, même lorsque ces organes ont subi l ablation de 90 %  de leur masse pour le premier et la réduction a 50 cm de leur longueur pour  le second.

La nutrition mise au point par le professeur Joyeux permet dans un  deuxième temps la reconstitution des organes amputés par  l' intervention chirurgicale.

GBY/RU.

bullet

Sur son passage à l'Institut Curie :

* dans son livre "Henri Joyeux, vous avez exercé à l'Institut Curie à Paris et créé le service de chirurgie viscérale. Vous deviez créer un département de recherche en chirurgie, cancérologie et nutrition dans cet Institut mais la direction administrative n'a pas vu l'avenir : elle vous en a empêché" (femmes, si vous saviez" page 22 par le Professeur Henri Joyeux ed. François-Xavier de Guibert mars 2002)

 

* dans le CV qu'il publie : "En 1992 il part à Paris avec toute sa famille, pour créer un service de chirurgie digestive à l’Institut Curie.
Là lui étaient promis des moyens pour poursuivre ses recherches en nutrition et cancérologie et développer en plus un logiciel dédié au diagnostic des tumeurs du foie et au suivi tridimensionnel du volume des tumeurs et du foie restant après chirurgie cancérologique. Incompris d’une direction médicale peu courageuse pour préparer l’avenir, il décide de revenir dans son Université d’origine définitivement en 1997. "

A trouver sur le site qu'il se consacre à lui même, refondu en avril 2004 et référencé sous 7 noms de domaine différents ! : "professeur-joyeux.com" ou "nutrition.professeur-joyeux.com" ou opinion.professeur-joyeux.com" ou "famille.professeur-joyeux.com" ou jeunes.professeur-joyeux.com" ou "chirurgie.professeur-joyeux.com" ou "ethique.professeur-joyeux.com"

La vérité :dans les années 90, le professeur Joyeux a rejoint l'Institut Curie en 1992 sur sa demande pour une année dans le cadre d'une procédure de délégation tout en gardant ses activités universitaires à Montpellier.

Il avait été chargé de développer la chirurgie générale en particulier digestive afin de développer des techniques chirurgicales conservatrices et restauratrices et non une chirurgie « maximaliste ».

A la suite de conflit portant sur les indications opératoires, sa délégation n'a pas été renouvelée par décision ministérielle.

Ultérieurement, ayant échoué à un concours ouvert à l'Institut Curie, il a engagé une procédure judiciaire qu'il a perdue.
 

 

bullet

Aux auditeurs de Radio France, Henri Joyeux affirme froidement le 28 février 2005 que "Nous avons étudié dans chaque aliment sa teneur en nutriments bons ou mauvais pour la santé et nos résultats sont significatifs. Dans le bio labellisé il y a effectivement une qualité nutritionnelle supérieure de 30% par rapport à ceux issus de l’agriculture conventionnelle".

Alors que les études les plus sérieuses (et récentes - mai 2010) établissent que le Bio n'est pas meilleur pour la santé => http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20463045 article vulgarisé ici => http://www.lefigaro.fr/sante/2010/05/20/01004-20100520ARTFIG00777-manger-bio-n-est-pas-meilleur-pour-lasante.php

Et que les chiffres qu'il annonce à la radio ne se retrouvent pas dans les résultats en ligne sur son site : "En ce qui concerne la qualité nutritionnelle, notre étude suggère un avantage des aliments issus de l'agriculture biologique, puisqu'on l'a trouvé dans 7 produits animaux AB sur 9, pour 1 seule fois dans les produits AC, et 8 fois sur 13 pour les produits végétaux AB, pour 2 fois dans les produits AC. Les études rapportent généralement que les produits issus de l'agriculture biologique sont plus denses : rapport maigre/gras plus élevé dans les aliments issus de l'agriculture biologique que dans les conventionnels. Sur 7 études revues, 4 rapportent un taux plus élevé de matière sèche : 2 sur 3 dans des laitues et 2 sur 4 dans des choux.
La plupart des études (8 sur 10) rapportent que les céréales issues de l'agriculture biologiques contiennent moins de protéines par grain que les conventionnelles, mais qu'il peut exister un enrichissement en lysine, ce que notre étude a observé, bien que la différence ne soit pas statistiquement significative.
Les résultats de Gundersen et al (20) sur les minéraux des oignons sont différents des nôtres, puisqu'il a mesuré des taux de calcium plus faibles dans les produits issus de l'agriculture biologique, et des taux similaires pour le potassium.
Cette différence peut venir du fait de la plus grande quantité de matières sèches dans nôtre étude, ou de la différence de nature des sols. En ce qui concerne les minéraux, on peut dire que généralement les différences entre produits issus de l'agriculture biologique et conventionnelle apparaissent minimes.
Le magnésium est celui qui est le plus fréquemment retrouvé en quantité supérieure dans les produits issus de l'agriculture biologique, alors que le contenu en fer serait plus important dans les produits AC (selon notre étude).
La principale différence entre AB et AC a porté sur les acides gras et les phyto-nutriments et constituants. Les acides gras poly-insaturés, essentiellement la série n-3, ainsi que les vitamines anti-oxydantes et les microconstituants, contribuent à la protection contre les maladies-cardio-vasculaires, et peut-être contre les cancers. Ainsi ils jouent un rôle important dans la prévention des maladies chroniques dégénératives et la réduction de la mortalité toutes causes.
Les acides gras polyinsaturés (AGPI) sont en plus forte proportion dans la plupart des produits animaux, comme observé par Lund et al (23). Dufey et al (24) et Patushenko et al (25). La plus forte quantité d'AGPI peut être expliquée par une possible plus grande activité des bactéries dans le rumen des animaux nourris et/ou par des aliments enrichis en graines de lin, pour ce qui est de l'acide a-linolénique (ALA). Celui-ci était toujours plus élevé dans les produits AB, sauf dans le roquefort (taux comparable), ou dans le poulet (AC supérieur à AB).
Ceci était inattendu puisqu'il a été rapporté que les lipides des poulets élevés en libre parcours présentaient une plus forte proportion d'ALA que ceux des poulets élevés en batterie (18). Une explication possible est l'alimentation de ces poulets par des tourteaux de soja contaminés de lipides. Une plus grande proportion d'ALA a également été observée dans l'épeautre, information jamais rapportée, à notre connaissance."
qui s'achève par ces mots : "même si chacun des résultats n'est pas significatif, mis ensemble, ils forment un corps de données qui suggèrent une plus forte qualité nutritionnelle des produits issus de l'agriculture biologique. Cette différence est variable et modeste en quantité, mais peut induire un effet bénéfique résultant de la synergie de cet ensemble d'avantages."

 

Accueil

eMiseeeeneee

eeegardeee:

-----

 * comme souvent avec ce genre d'individu, tout le discours n'est pas à rejeter :

 

* les auteurs ne contestent pas qu'il est souhaitable de manger davantage de fruits et de légumes et de ne pas se bourrer de confiseries ou de graisses

 

* Tout le monde s'accorde aussi pour affirmer qu'une alimentation saine est nécessaire pour rester en bonne santé.  

 

* Ce sur quoi les vrais experts s'entendent